Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Les meilleurs professionnels sont des amateurs

C’est ce que nous inculquent Michael Jordan et l’étymologie latine.

Dans un article publié sur The Players Tribune, le jeune basketteur français Frank Ntilikina (19 ans), qui vient d’être recruté par les Knicks de New York, narre sa rencontre avec Michael Jordan, le plus grand basketteur de tous les temps.

Dans beaucoup de sports, il est difficile de déterminer qui fut le plus grand de tous les temps. Pour le basketball, c’est évident tant Jordan plane largement au-dessus de tous ses confrères. Ntilikina compare d’ailleurs son échange avec lui à une rencontre avec dieu :

J’étais invité pour jouer une exhibition, le ‘Jordan Brand Classic’, mais je n’imaginais pas une seconde qu’on allait vraiment voir Jordan. C’est un peu, disons, comme aller à l’église et voir dieu. […] Je me dis, OK, je dois lui poser une question. C’est ma chance. Mais je suis très timide, pétrifié. Je tremble, j’ai une petite voix. Je parviens à lui dire : ‘Bonjour Michael. Pourrais-je vous demander quelle est la clé de votre succès ?’.

Il me regarde. Il prend son temps. Je m’attends à ce qu’il réponde comme tout le monde qu’il faut travailler dur. C’est ‘MJ’. Il va me dire de travailler plus dur que les autres, c’est certain. Mais il me donne une autre réponse, qui m’a surpris et à laquelle je pense tous les jours, toutes les semaines, tout le temps […].

Il me dit : ‘Ce que tu dois faire, c’est aimer le basket. Une fois que tu aimeras le basket plus que n’importe quoi d’autre au monde, tu seras prêt à te sacrifier. Tu seras prêt à te lever tôt. Tu seras prêt à faire le nécessaire pour être le meilleur. Mais dans un premier temps, tu dois l’aimer, vraiment.'”

(CC) Jetske

(CC) Jetske

Michael Jordan nous apprend donc que la passion est le facteur de motivation et de réussite le plus décisif.

C’est également ce que nous enseigne le latin.

Etymologiquement, en effet, la racine du mot “amateur” est le terme latin “amare” qui signifie aimer. A l’origine, un amateur est un individu qui pratique son activité par amour de celle-ci et non pour l’argent.

Le paradoxe veut donc que, pour réussir, un manager doive transformer ses collaborateurs en amateurs afin qu’ils puissent donner libre cours à leur passion pour leur activité professionnelle.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo