Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

La Californie à la pointe du progrès social

C’est une loi très intéressante qui est entrée en vigueur il y a quelques jours en Californie : elle encourage les entreprises qui le souhaitent à privilégier des objectifs de responsabilité sociale et non plus seulement de rentabilité financière.

La nouvelle loi instaure une société de classe B (comme “benefit” dans le sens de “faire du bien”). Pour pouvoir prétendre à ce statut, une entreprise doit s’être donnée une ambition sociale ou environnementale au coeur de sa mission. Elle doit également s’être engagée de manière juridiquement contraignante à prendre en compte les intérêts de ses collaborateurs, de la communauté dans laquelle elle opère, de ses actionnaires et de l’environnement naturel. Enfin, elle doit publier – en complément de son rapport annuel financier – un document sur son impact social et environnemental rédigé par des experts indépendants.

La création de ce statut de société de classe B représente un effort délibéré de la Californie pour faire évoluer la nature de l’activité économique en changeant le droit des sociétés. Cet effort est porté au plan national par B Lab, une organisation non gouvernementale basée en Pennsylvanie. La Californie est le sixième Etat américain à instaurer le statut de société de classe B depuis avril 2010.

L’adoption de ce statut, qui ne fournit pas d’avantage fiscal, stipule l’inscription d’un objectif citoyen dans l’objet social de l’entreprise. Ce faisant, elle rend beaucoup plus difficile l’abandon de cette ambition par un nouveau dirigeant ou un nouvel actionnaire majoritaire. C’est donc réellement une décision engageante de la part d’un Conseil d’Administration que de voter une telle résolution.

Un tel serment ne peut que séduire des talents motivés par le sens supplémentaire qu’il confère à l’activité des entreprises qui le choisissent. A cet égard, ce n’est pas un hasard si la première entreprise californienne à avoir retenu ce statut est la marque de vêtements et équipements outdoor Patagonia, dont j’ai déjà eu plusieurs fois l’occasion de vanter les initiatives citoyennes sur Superception (voir ici et ici notamment). A l’échelle des Etats-Unis, ce sont déjà plusieurs centaines d’entreprises de classe B qui ont vu le jour. Patagonia est sans conteste la plus connue d’entre elles.

L'entrée du siège de Patagonia à Ventura (Californie) - (CC) Nicolás Boullosa

L’entrée du siège de Patagonia à Ventura (Californie) – (CC) Nicolás Boullosa

Comme le rapporte The Economist, la Californie a également créé un autre statut, celui de classe FlexC, la société à la mission flexible. Il permet à une entreprise d’adopter un objectif social ou environnemental spécifique plutôt qu’un engagement global comme doivent le faire les sociétés de classe B.

Je trouve ces initiatives remarquables. Cependant, je m’étonne qu’on puisse opérer une distinction aussi forte entre responsabilité sociale et rentabilité. La meilleure manière de mener des activités bénéfiques socialement et environnementalement n’est-elle pas en effet de les financer en étant profitable ? Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si la responsabilité sociale d’entreprise (RSE) comporte trois volets : social, environnemental et… économique.

Il est encore plus surprenant que ce soit un pays aussi à l’aise avec les règles de base du capitalisme que les Etats-Unis qui développe une telle législation.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo