Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

La leçon de perception de Bill Clinton (1/2)

Premier des deux articles que je vais consacrer à l’interview de Bill Clinton parue dans le dernier numéro du magazine américain Esquire. Je m’intéresse aujourd’hui à la contribution – brillante comme à son habitude – de l’ancien Président à l’un des thèmes récurrents de Superception.

Ce thème a trait à la polarisation des médias, en particulier américains, en raison de la communautarisation permise par les nouvelles technologies (télévision par câble et satellite, Internet). Dans l’interview qu’il a accordée à Esquire, Bill Clinton affirme ainsi que “MSNBC est devenue notre version de Fox“.

Décodage pour ceux qui ne sont pas familiers avec le paysage télévisuel américain : Fox News est une chaîne d’information câblée résolument conservatrice du groupe Murdoch qui ne se cache pas outre mesure de promouvoir un programme politique. MSNBC est une chaîne d’information câblée du groupe NBC Universal (détenu par Comcast et General Electric) qui penche à gauche (version américaine) et a reconnu pour la première fois cette disposition dans une campagne de publicité menée fin 2010. Mais le militantisme de Fox News influence l’ensemble de ses programmes, ce qui n’est pas le cas de MSNBC qui bénéficie de ce fait d’une image plus mesurée. D’où l’impact de l’assertion de Clinton.

Bill Clinton – (CC) Creativity+Timothy K Hamilton

Le décor étant posé, détaillons les déclarations de Bill Clinton. Elles sont intéressantes parce qu’elles apportent un éclairage économique à la tendance de communautarisation médiatique que j’ai à maintes reprises mise en exergue sur Superception (voir ici et ici notamment) :

“Considérez l’équation économique d’une chaîne du câble. Supposez que vous et moi ayons acheté une chaîne. Nous savons que, pour être profitable, nous devons réunir environ 800 000 téléspectateurs pour tous nos principaux programmes. Si on atteint ce nombre, on ne sera pas aussi rentable que Fox News mais on s’en sortira.

Ce n’est pas la même chose qu’à l’époque où il y avait seulement trois chaînes (NBC, CBS et ABC). Alors, tout le monde avait suffisamment de part de marché pour réaliser un profit satisfaisant. Et pourtant, il y avait aussi suffisamment de concurrence entre les trois chaînes pour entretenir une saine émulation : elles envoyèrent par exemple des reporters très expérimentés pour couvrir la guerre du Vietnam sur la durée. Elles avaient aussi les moyens d’avoir des correspondants en Europe et en Asie.

Tout cela a changé désormais. La bonne nouvelle est que vous pouvez trouver rapidement une grande quantité d’informations gratuites sur Internet. Mais je pense que l’éclatement des médias, qui constitue pour l’essentiel une évolution positive, a contribué à la baisse de la qualité du journalisme qui est de plus en plus remplacé par un discours public plus polémique et plus clivant qui met en avant le conflit et manque parfois de pertinence. Pour être rentable, les chaînes doivent produire tellement de contenus qu’elles en viennent à privilégier le commentaire des faits – qui attire davantage de téléspectateurs – sur le compte rendu des faits”.

Naturellement, l’équation économique d’Internet – où la production et la diffusion de contenus sont presque gratuites – pousse plus encore à la polarisation médiatique.

C’est une raison de plus de vouloir croire à l’avenir de la presse écrite.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo