Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

La leçon de management d’un grand chasseur de têtes

Une autre vision du charisme dont je tire une admonition pour l’avenir de Tim Cook à la tête d’Apple.

Cité dans le très bon livre d’Adam Lashinsky sur Apple – Inside Apple: How America’s Most Admired – and Secretive – Company Really Works* -, John Thompson est le Président délégué de Heidrick & Struggles, l’un des plus grands et prestigieux cabinets de chasseurs de têtes de la planète.

C’est ce cabinet qui est allé chercher Tim Cook chez Compaq pour manager la chaîne opérationnelle d’Apple. Aujourd’hui que Tim Cook a remplacé le défunt Steve Jobs comme PDG de l’Entreprise, des questions se posent quant à ses trois principales faiblesses supposées : absence de vision stratégique, déficit de connaissance des produits et manque de charisme. J’avais abordé ce sujet dans un article rédigé quelques heures après la démission surprise de Steve Jobs de son poste de PDG (voir ici).

Tim Cook – (CC) lemagit

John Thompson apporte une réponse très intéressante à la troisième interrogation, celle qui concerne le charisme : “si vous considérez que le charisme se fonde sur l’authenticité, alors Tim Cook est charismatique. Il ne survend pas. Mais il ne sous-vend pas non plus. Lorsque vous l’écoutez, vous vous dites qu’il est fort probable que cet homme dise la vérité”.

Il est extraordinairement difficile, pour Tim Cook, de remplacer Steve Jobs, probablement le plus charismatique des PDG de l’Histoire. Et il n’a aucune chance d’y arriver s’il veut jouer dans le même registre que Jobs car ce dernier y est inégalable. C’est dans ce sens que la remarque de Thompson est pertinente : l’authenticité est une valeur de plus en plus en vogue de nos jours et Tim Cook semble en effet à même de l’incarner.

Mais, pour ce faire, Tim Cook devra aller plus loin dans son changement d’attitude à l’égard des conditions de travail et de vie des employés de son sous-traitant chinois Foxconn. Cette évolution n’est pas encore suffisante aux yeux de la majorité des observateurs et Apple fait face dans ce dossier aux limites de la mondialisation.

Il se peut en effet que les collaborateurs de Foxconn soient finalement mieux traités que ceux de la plupart des autres industriels chinois qui ne sont pas sous le microscope des médias internationaux. Cependant, le double écart entre leur situation et la norme occidentale d’une part et entre leur situation et la modernité revendiquée par Apple d’autre part rend cet état de fait légitimement insupportable.

L’humanité et l’authenticité n’ont jamais été des valeurs portées par Steve Jobs. Si Tim Cook souhaite vraiment s’inventer un charisme et, surtout, être le successeur de Steve Jobs, davantage que son remplaçant, il devra aller au bout de la logique de réforme de la relation d’Apple avec Foxconn qu’il a enclenchée ces derniers jours.

* Revue de ce livre à suivre sur Superception dès que j’aurai fini de le lire.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo