Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

La leçon de management incomplète d’un patron de start-up

Le recrutement est à mes yeux l’une des trois fonctions les plus importantes de toute entreprise. Attention donc à ne pas la pervertir.

Paul English, le co-fondateur et CTO (directeur technologique) du site Internet de réservation de voyages en ligne KAYAK, a été interviewé par le magazine américain FastCompany.

Lorsque le journaliste lui demande quel conseil il donnerait aux entreprises qui veulent développer une culture de l’innovation, English apporte la réponse suivante :

N’embauchez que des entrepreneurs. Tous les 150 collaborateurs de KAYAK – qu’ils soient avec nous depuis huit ans ou une semaine – sont des entrepreneurs. Tout ce que nous faisons encourage la prise de décisions rapide et la prise de risques. Nous ne concevons pas nos fonctionnalités dans des réunions et nous interdisons d’ailleurs les réunions avec trop de gens. Nous récompensons la prise de risques et la vitesse, même lorsqu’elles conduisent à l’échec !“.

Paul English – (CC) rfong

J’adhère à l’ensemble des remarques de Paul English sauf la première. Il me semble en effet que la richesse d’une entreprise, comme celle de toute communauté humaine, provient de la diversité des membres qui la composent. Diversité des parcours professionnels, dans le cas des collaborateurs d’une entreprise, et pas seulement des personnalités.

Certes, une start-up telle que KAYAK a certainement besoin de compter dans ses rangs nombre d’entrepreneurs qui correspondent aux caractéristiques culturelles décrites par Paul English. Mais, parallèlement à d’énormes qualités, les entrepreneurs peuvent aussi présenter des travers – pour généraliser abusivement : égocentrisme, excès de confiance en soi, besoin de contrôle surdéveloppé, manque d’expérience en management, vue à court terme… – dont l’addition au sein d’une entreprise ne peut qu’induire des dangers.

Vouloir développer une entreprise en ne réunissant que des entrepreneurs me paraît donc exagérément idéologique. Les plus grands succès du monde des hautes technologies (Apple, Facebook, Google, Microsoft…) sont comme par hasard des entreprises qui ont su très rapidement intégrer des profils différents en leur sein pour démultiplier l’expérience totale dont elles pouvaient bénéficier dans leur management stratégique et opérationnel.

Une équipe de clones n’a jamais produit beaucoup d’idées intéressantes. Une équipe de clones réagit de manière rigide face à des problèmes car tout le monde y a les mêmes réflexes. Une équipe de clones est refermée sur elle-même et manque donc beaucoup d’opportunités de développement.

Une équipe de clones, in fine, risque donc de se comporter comme une équipe de clowns.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo