Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

L’entrepreneur le plus étonnant de notre époque

Il ne s’agit ni de Steve Jobs ni de Richard Branson ni de Lakshmi Mittal.

Le sud-africain Elon Musk est beaucoup moins connu que les trois légendes corporate précitées mais son parcours est bien plus extraordinaire que le leur.

A l’âge de 10 ans, il apprend la programmation informatique par ses propres moyens et réalise sa première vente (un jeu vidéo qu’il a conçu) deux ans plus tard. A 17 ans, après avoir obtenu l’équivalent du baccalauréat, il fuit l’Afrique du Sud afin d’éviter de faire son service militaire dans une armée chargée de préserver l’apartheid. Il s’installe d’abord au Canada puis poursuit des études brillantes aux Etats-Unis. Mais il quitte la prestigieuse Université de Stanford en 1995 deux jours après y avoir été admis pour fonder avec son frère sa première startup, Zip2, un hébergeur et développeur de sites Internet. Compaq acquiert Zip2 en 1999 pour 300 millions de dollars en cash.

Son frère décide alors de profiter de sa fortune soudaine. Elon, lui, réinvestit immédiatement son magot dans la création d’une deuxième entreprise, X.com, spécialisée dans les paiements en ligne. Quelque temps plus tard, X.com fusionne avec PayPal et révolutionne le commerce électronique. Lorsque PayPal est acquis par eBay, Elon Musk touche 180 millions de dollars. Une fois encore, il ne savoure pas son aisance financière. Il a d’autres projets que profiter benoîtement de la vie comme l’auraient fait (presque) tous ses contemporains placés dans la même situation.

Elon Musk – (CC) JD Lasica

Au lieu de cela, il réinvestit tout dans trois nouveaux projets aux ambitions de nouveau révolutionnaires :

  • 100 millions dans SpaceX destiné à lancer des véhicules spatiaux réutilisables et 90% moins chers que la navette spatiale afin d’envoyer à terme une mission habitée sur Mars. Aujourd’hui, SpaceX lance des charges utiles pour la NASA et sa fusée Dragon fut il y a quelques semaines la première d’origine privée à s’arrimer à la station spatiale internationale ;
  • 70 millions dans Tesla voué à faire adopter la voiture électrique par le grand public afin de réduire notre dépendance au pétrole. Le deuxième modèle de Tesla, sorti il y a quelques semaines, vient d’être désigné meilleure automobile du monde par une partie de la presse ;
  • 10 millions dans SolarCity dédié à la popularisation des panneaux solaires afin de contribuer à la résolution de la crise énergétique que connaît la planète. SolarCity est aujourd’hui le premier distributeur de panneaux solaires aux Etats-Unis.

Après avoir investi tout le produit de la vente de PayPal dans ces trois projets, Elon Musk devait emprunter de l’argent à ses amis pour payer son loyer. Mais il est aujourd’hui, à seulement 41 ans, le premier à avoir créé trois entreprises valant chacune plus d’un milliard de dollars. Comme le rappelait récemment Sarah Lacy (PandoDaily), Jim Clark réussit également cette prouesse avec Silicon Graphics, Netscape et Healtheon mais au moins la troisième de ces entreprises fut survalorisée par la bulle Internet.

Au-delà de cet accomplissement déjà exceptionnel en soi, deux autres éléments sont prodigieux dans le parcours d’Elon Musk :

  • comme lorsqu’il apprit la programmation informatique tout seul à 10 ans, il est un autodidacte de la conception de voitures (pour les modèles de Tesla) et de fusées (pour les véhicules spatiaux de SpaceX) !
  • avec SpaceX, Tesla et SolarCity, Musk s’est attaqué à des domaines extrêmement consommateurs de capitaux, une opération éminemment risquée pour un entrepreneur individuel qui misait tous ses deniers personnels dans ces projets.

Aujourd’hui, Elon Musk met son génie unique au service d’un nouvel objectif révolutionnaire qu’il a révélé il y a trois jours sur son compte Twitter : inventer un cinquième mode de transport (complémentaire de la voiture, de l’avion, du train et du bateau) qu’il nomme “hyperloop” et qui permettrait de relier Los Angeles et San Francisco (environ 600 kilomètres) en moins d’une demi-heure. On peut lui faire confiance pour que ce projet apparemment chimérique nous surprenne dans quelques années.

Personne, en effet, n’a combiné, depuis très longtemps, le génie technique et industriel et la capacité à prendre des risques d’Elon Musk. C’est grâce à des individus tels que lui que l’Humanité progresse parfois à plus grandes enjambées qu’elle ne le devrait.

3 commentaires sur “L’entrepreneur le plus étonnant de notre époque”

› Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo