Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

La lune de miel avec Armstrong est définitivement terminée

Armstrong a officiellement perdu aujourd’hui ses sept titres du Tour de France. Quel avenir en termes d’image pour celui qui est qualifié de plus grand tricheur de l’histoire du sport ?

Un récent article du New York Times raconte comment le système Armstrong s’est fissuré puis écroulé. Il cite notamment une conversation de 2010 entre Floyd Landis, un ancien coéquipier d’Armstrong destitué avant lui, et le directeur du Tour de Californie cycliste. Dans cette conversation, Landis effectue une comparaison éclairante entre le monde du cyclisme et la Mafia : “Lorsque vous opérez dans la Mafia et que vous êtes jeté en prison, vous fermez votre gueule et l’organisation prend soin de votre famille. Dans le cyclisme, on attend de vous que vous fermiez votre gueule lorsque vous êtes positif à un contrôle anti-dopage mais vous devenez un paria. Tout le monde se retourne contre vous“.

Après la publication, la semaine dernière, du rapport de 1 200 pages de l’Agence anti-dopage américaine (USADA), l’Union cycliste internationale (UCI) a annoncé hier qu’elle confirmait les sanctions de l’organisation d’outre-Atlantique à l’encontre de Lance Armstrong, lui retirant notamment ses sept victoires consécutives dans le Tour de France (1999-2005).

C’est une relative surprise car le rapport de l’USADA soulignait notamment que l’UCI avait aidé Lance Armstrong à échapper à un contrôle anti-dopage en 2001. Certains s’attendaient donc à ce que l’UCI fasse appel à l’arbitrage du Tribunal Arbitral du Sport de Lausanne. Mais il faut dire que le rapport de l’USADA fourmille de preuves accablantes contre Armstrong qu’elle décrit comme l’organisateur du “programme de dopage le plus sophistiqué jamais vu dans l’histoire du sport”. Un programme fondé sur le mensonge, l’intimidation, les pressions, la peur et la trahison, des tactiques effectivement assimilables à celles de la Mafia. Dans la Mafia du cyclisme contemporain, le parrain était Lance Armstrong.

Le roi est nu – (CC) SibleyHunter

Aujourd’hui, le roi Armstrong est nu. Il est abandonné par presque tous ses sponsors (AB-InBev, Anheuser-Busch, FRS, Giro, Honey Stinger, Oakley, Radio Shack, Trek et 24 Hour Fitness), y compris par Nike, qui l’accompagne depuis 1996 et reste généralement fidèle aux athlètes les plus controversés*. En outre, Armstrong va peut-être devoir rembourser les prix financiers remportés lors de ses victoires en course – l’UCI n’a pas statué hier midi à ce sujet. C’est probablement la chute la plus  violente, bien qu’attendue depuis longtemps, d’une idole du sport dans l’histoire.

Comme tout bon parrain de la Mafia, Armstrong n’a pas, à ce jour, confessé la moindre faute ni exprimé le moindre regret, sans même parler d’excuses. Il est d’ailleurs étonnant que Tiger Woods, qui a trompé sa femme, se soit excusé publiquement devant l’ensemble de la planète alors que Lance Armstrong, qui a trompé son sport, n’ait à ce stade pas professé la moindre culpabilité.

Il y a un an et demi, j’écrivais ici même que Lance Armstrong offre deux images entre l’égotiste Mr. Armstrong, le plus grand tricheur de l’histoire du sport, et l’altruiste Dr. Lance, créateur en 1997 d’une fondation luttant contre le cancer qui a récolté plus de 500 millions de dollars. Rarement la duplicité a été portée à un tel paroxysme. La question, aujourd’hui, est la suivante : le Fondation Livestrong était-elle uniquement une opération de camouflage de Mr. Armstrong par un Dr. Lance fictif ? Le coureur a en effet souvent utilisé l’histoire de sa victoire sur le cancer et de son engagement dans la lutte contre cette maladie pour nier les accusations de dopage.

Ce faisant, il a réussi à émouvoir une partie du grand public et à conserver la confiance d’une majorité de ses fans. Ce comportement le place au sommet de l’ignominie sportive dans une catégorie où la plupart des grands dopés de l’histoire, heureusement pour eux, n’ont pas leur place. Lance Armstrong est en quelque sorte le Bernie Madoff du sport : il n’a pas volé leur argent à ses victimes, il leur a volé leurs émotions. Ce n’est pas forcément moins grave moralement.

La porte de sortie qui reste aujourd’hui à Lance Armstrong, la seule solution porteuse d’un quelconque avenir pour lui, est de consentir à une complète confession et de venir sincèrement à résipiscence**. Incidemment, ce sera un acte autrement plus courageux de sa part que ses mensonges incessants depuis quinze ans. La vraie difficulté d’une telle approche résidera dans la crédibilité de sa sincérité. Après tant de mensonges et de trahisons, Armstrong ne bénéficiera, auprès du plus grand nombre, d’aucun crédit lorsqu’il prendra la parole. Il lui faudra démontrer sa sincérité par ses actes sur la durée.

A cet égard, son passé de sportif sera à la fois un handicap et un atout. Un handicap car un sportif est par définition impatient : il veut tout gagner le plus vite possible car il sait que l’horloge biologique joue contre lui. Un atout car un sportif a une volonté et une détermination sans limite : cette résolution, Armstrong doit désormais la mettre au service de sa réhabilitation après l’avoir utilisée pour régir son réseau de dopage.

Quoi qu’il entreprenne dorénavant, Armstrong doit garder deux principes en tête : (i) la confiance ne se décrète pas, elle se mérite et (ii) le dopage n’est d’aucune utilité en matière de confiance. C’est sur lui et sur lui seul que repose son avenir. S’il s’engage sincèrement sur la durée, il peut toujours nourrir un tout petit espoir de reconquérir une partie du public américain, lequel est toujours prêt à pardonner ceux qui se repentent honnêtement. Cependant, à la différence des courses dont il prenait le départ lorsqu’il était dopé, il s’engagerait dans cette voie sans connaître d’avance le résultat de ses efforts.

S’il choisit une autre attitude, il risque de tout perdre : sa crédibilité, ses amis, sa fortune, son activité professionnelle… La seule chose qu’il ne perdra pas est la célébrité. A moins que Lance Armstrong ne passe la seconde partie de sa vie sur la Lune, le seul endroit où il trouvera peut-être une relative quiétude…

* Nike était ainsi resté aux côtés du basketteur Kobe Bryant lorsqu’il avait été accusé d’agression sexuelle, une accusation qui ne s’était pas concrétisée par un procès, Bryant ayant négocié un accord financier avec son accusatrice. De même, la marque a resigné un nouveau contrat avec le footballeur américain Michael Vick après qu’il a fait de la prison pour cruauté envers les animaux.

** Corriger la bio de son compte Twitter en retirant la mention de ses sept victoires dans le Tour de France ne suffira pas.

7 commentaires sur “La lune de miel avec Armstrong est définitivement terminée”

› Ajouter un commentaire

Bonjour,
Je ne crois pas à la schizophrénie du personnage. Parlons plutôt de cynisme absolu. L’origine de son cancer étant peut-être liée à la prise de produits dopants (testostérone), vaincre le cancer et déjouer les contrôles n’auraient formé qu’un seul objectif dans la tête de cet ambitieux. Gagner pour être célèbre, être célèbre pour s’enrichir davantage, dans un but de prendre un jour le contrôle de l’UCI?
Je vous trouve bien indulgent, ne serait-ce que par le titre de votre article; il est vrai qu’il n’a pas cassé de table ou fait le potache à 1h53 du matin, sur une petite chaîne du câble… Non, lui, il a juste contribué à achever un sport, que plus personne ne peut regarder sans arrière-pensées. Je ne vois pas ce qui vaut à Armstrong votre syntaxique tolérante et compréhensive.

Cher riphifhy,
Le titre de mon article ne fait pas référence à ma lune de miel avec Armstrong mais à celle qui a caractérisé la relation de dizaines de millions de personnes avec lui.
Quant à mon indulgence supposée envers Armstrong, je vous invite à relire mon article dans lequel je le compare à un parrain de la Mafia, je note que rarement la duplicité (qui n’est pas la schizophrénie) a été portée à un tel paroxysme, je le place au sommet de l’ignominie sportive et je le qualifie de Bernie Madoff du sport parmi autres compliments !
Xophe

Bonjour,
Ce n’est évidemment pas moi qui vous apprendrai l’importance d’un titre, celui-ci atténue votre propos et ne le reflète pas. Eriger Armstrong en parrain du cyclisme, c’est déjà lui accorder trop d’honneurs, pour ne pas dire une coupable admiration. Car le vrai parrain, c’était le président de l”UCI.

Cher riphifhy,
Que cela vous plaise ou non, des dizaines de millions de personnes à travers le monde ont adoré Lance Armstrong et ont été décillé par les dernières informations parues à son sujet. C’est à cela que mon titre fait référence.
Et si vous trouvez qu’il est honorable d’être un parrain de la mafia, je vous laisse cette appréciation.

Xophe

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo