Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

La provocation est comme le cholestérol

Il faut distinguer la bonne de la mauvaise.

Dimanche soir, eurent lieu les trentièmes MTV Video Music Awards (VMA), une cérémonie au cours de laquelle sont couronnées les meilleures vidéos musicales de l’année écoulée.

Cette cérémonie fut marquée par une escalade dans le spectaculaire des prestations proposées par les stars invitées à chanter sur la scène du Brooklyn Barclays Center. Lady Gaga et Katy Perry, les deux reines de la pop actuelles, tentèrent ainsi de camoufler sous une débauche de moyens – quatre changements de costumes pour Gaga et une chorégraphie réalisée sur un ring de boxe pour Perry – la faiblesse créative des chansons qu’elles promeuvent ces jours-ci, respectivement “Applause” et “Roar”. Pour être certaine de prendre le dessus sur sa rivale en termes de buzz, Lady Gaga termina sa chanson en bikini-string.

Mais ce ne fut pourtant pas elle qui emporta la palme de la provocation. Elle fut dépassée dans ce domaine par Miley Cirus, l’ancienne star adolescente de la série “Hannah Montana” de Disney qui, elle aussi en bikini, se produisit dans une chorégraphie à forte connotation sexuelle mais dénuée de toute sensualité (voir vidéo ci-dessous). Cirus atteint son objectif : être celle dont on parla le plus durant et après la cérémonie.

Elle généra ainsi 4,9 millions de commentaires sur Twitter pendant la retransmission de l’événement sur la seule côte Est des Etats-Unis, loin devant Justin Timberlake (2,9 millions) et Lady Gaga (1,9 million). Elle atteint également un pic de 306 100 tweets par minute (source : Twitter via Mashable), soit davantage que les 268 000 tweets par minute enregistrés lors de la prestation de Beyonce à la mi-temps du dernier Super Bowl (lire ici).

Cette soirée des MTV Video Music Awards illustre le rôle de la provocation dans la formation de nos perceptions.

En premier lieu, je considère que la provocation est comme le cholestérol : il y a la mauvaise et la bonne. La mauvaise provocation est celle qui n’a ni sens ni talent. La bonne est celle qui a du sens (que l’on adhère ou pas à ce sens) et/ou du talent. A mes yeux, il n’est pas indispensable qu’une provocation ait du sens pour qu’elle soit digne d’intérêt. Le talent a de la valeur par lui-même. Naturellement, l’évaluation du sens et du talent d’une provocation est affaire d’appréciation et, partant, de perception.

En second lieu, ainsi que je l’ai déjà souligné sur Superception (lire ici), la surinformation a notamment pour conséquence qu’il est de plus en plus difficile, dans un espace médiatique en permanence saturé, d’attirer l’attention de ses publics. Il faut donc provoquer de plus en plus fortement pour être entendu puis écouté. On voit par exemple cette évolution à l’œuvre dans l’univers politique où, si j’ose dire, les petites phrases sont de plus en plus énormes.

Venons-en aux prestations scéniques des Video Music Awards.

Tout d’abord, elles illustrent jusqu’à la caricature ma seconde remarque : ce fut à qui provoqua le plus pour saisir l’attention des téléspectateurs-internautes. Mais les provocations de Lady Gaga et Miley Cirus, en s’exerçant au cœur de leurs prestations, reflétèrent un manque de confiance dans leur talent artistique. Craignant que leurs seules performances vocales et chorégraphiques ne fissent pas assez le buzz, elles les agrémentèrent de bravades visuelles.

Leurs provocations eurent-elles le moindre sens ? Il est difficile d’en trouver un à la prestation de Lady Gaga. En revanche, certains commentateurs américains, rappelant le précédent de Britney Spears, virent dans la prestation de Miley Cirus une tentative de changer d’image en sexualisant son passage de l’adolescence et de l’univers Disney à l’âge adulte. Si tel est le cas, ce fut à mon humble avis une prestation médiocre sur le plan artistique et qui risque de laisser des traces dans l’image de l’ancienne idole des jeunes.

Comme je l’ai déjà expliqué sur Superception (lire ici), toute publicité n’est pas forcément bonne lorsqu’on est déjà très célèbre.

4 commentaires sur “La provocation est comme le cholestérol”

› Ajouter un commentaire

Bonjour, je viens de découvrir votre blog par cet article, et étant d’accord avec une partie de votre article, je me sens cependant obligé de rétablir une certaine vérité concernant la prestation de Lady Gaga ; tout n’était pas provocation sans fond, la plupart de ses costumes retraçaient une partie de sa jeune carrière, la boule (semblable à celle d’une boule de bowling) est en réalité une référence à Jeff Koons et sa célèbre boule.
Sur ce, bonne continuation.

Bonjour,
Merci pour votre commentaire.
Je prends bonne note de votre utile précision mais vous aurez cependant remarqué que j’ai bien précisé que la provocation de Lady Gaga se situait à la fin de sa prestation. Je ne voudrais pas choquer outre-mesure le fan que, je suppose, vous êtes. 🙂
Bien à vous.
Xophe

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo