Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Brevets : la nouvelle révolution d’Elon Musk

Le génial patron de Tesla Motors et Space X a annoncé sur le blog de Tesla qu’il ne poursuivrait pas en justice les entreprises qui utiliseraient “de bonne foi” les innovations du constructeur de voitures électriques.

Dans cet article, Elon Musk rappelle que son ambition avec Tesla Motors est de faire adopter la voiture électrique par le grand public afin de réduire notre dépendance au pétrole. A ses débuts, l’Entreprise déposa des brevets pour se protéger des plus gros constructeurs automobiles qui pourraient avoir envie de copier ses technologies innovantes.

Aujourd’hui, Musk constate que cela n’a pas été le cas et que l’apathie des concurrents de Tesla Motors constitue un obstacle à la réalisation de sa vision. Ainsi, seulement 96 000 voitures électriques ont-elles été vendues aux Etats-Unis l’an dernier, soit 0,5% du marché automobile total.

Comme l’écrit Musk, “étant donné que la production annuelle de nouveaux véhicules tangente les 100 millions d’unités et que la flotte mondiale comprend environ 2 milliards de voitures, il est impossible pour Tesla de construire des voitures électriques à un rythme assez élevé pour résoudre la crise climatique. Ces données signalent également que le marché est gigantesque. Notre vrai concurrent ne se trouve pas dans le tout petit volume de voitures électriques qui ne sont pas produites par Telsa mais dans l’énorme quantité de voitures à essence qui sortent des usines automobiles chaque jour”.

C’est pourquoi, plutôt que de protéger sa propriété intellectuelle comme toutes les autres entreprises le font*, Musk a décidé de la mettre à disposition des autres industriels. C’est une décision incroyablement audacieuse pour une entreprise aussi jeune et fragile que Tesla Motors qui n’a sorti que deux modèles de voiture et détient une part de marché minuscule malgré de très importants investissements.

Elon Musk - (CC) Maurizio Pesce

Elon Musk – (CC) Maurizio Pesce

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’Elon Musk partage ses innovations avec de potentiels concurrents : il l’avait déjà fait avec l’Hyperloop, ce nouveau moyen de transport qu’il a inventé et qui permettrait de relier San Francisco et Los Angeles (560 kilomètres) en une demi-heure à une vitesse de croisière de 1 200 kilomètres/heure. N’ayant pas le temps de développer ce concept parallèlement à ses autres projets, il l’offrit à celles et ceux qui auraient le loisir – et surtout la capacité – de le mener à bien.

Elon Musk est l’entrepreneur le plus étonnant et le plus audacieux de notre époque mais cela ne signifie pas pour autant qu’il soit complètement fou. La stratégie qu’il adopte en matière de brevets pour Tesla Motors, outre qu’elle sert sa vision citoyenne, présente également trois avantages pour son entreprise :

  • plus grands seront les capitaux investis dans les voitures électriques, plus celles-ci deviendront attractives et accessibles pour le grand public et plus la position de Tesla Motors sera renforcée ;
  • le développement de cette industrie permettra également la mise en place de standards techniques et industriels qui faciliteront la création des infrastructures indispensables à son essor, au premier rang desquelles les stations de recharge des batteries ;
  • l’utilisation des technologies de Tesla Motors par d’autres entreprises augmentera la valeur financière de l’Entreprise.

Mais n’en déduisez surtout pas que la stratégie adoptée par Elon Musk soit évidente et/ou tout à l’avantage de Tesla Motors. Car, sinon, elle aurait déjà été appliquée par nombre d’autres industriels. Or, jamais à ma connaissance, une entreprise d’un secteur d’activités tel que l’automobile ne l’a employée de manière aussi radicale.

C’est donc une nouvelle révolution à mettre à l’actif d’Elon Musk dont le génie consiste notamment à rendre compatibles intérêt général et intérêts particuliers.

* A de très très rares exceptions près, telles que Google et Twitter, par exemple, qui partagent certains de leurs brevets.

2 commentaires sur “Brevets : la nouvelle révolution d’Elon Musk”

› Ajouter un commentaire

A propos de google, je ne serais pas si enthousiaste.
Google a lancé Android en utilisant largement des technologies inventées par d’autres qui avaient investi énormément en R&D. Contrairement aux pratiques habituelles du secteur, ils ont refusé de payer des royalties.
“La raison du plus fort est toujours la meilleure…”

Ce n’est pas étonnant qu’ils aient une position “ouverte” sur les brevets.

Bonjour,
Nous ne devons pas avoir la même définition de l’enthousiasme ou vous devez avoir un problème avec Google qui vous porte à voir dans tout commentaire un peu positif à leur égard un enthousiasme démesuré. 😉
Cependant, je vous rassure (si besoin), je ne faisais pas preuve d’enthousiasme à l’égard de Google, me contentant de signaler un fait : Android est open source et chacun(e) peut en utiliser le code (AOSP) pour construire ce dont il a envie.
Pour le reste, même si tout le monde se copie de plus en plus dans l’industrie hi-tech, Android a fait face à des accusations particulières dans ce domaine.
Bien à vous.
Xophe

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo