Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Lecture : “All The Truth Is Out: The Week Politics Went Tabloid” par Matt Bai (2014, 288 pages)

Cela aurait pu être un très bon livre.

Matt Bai est éditorialiste politique au sein de Yahoo! News.

All The Truth Is Out” analyse les raisons et conséquences du scandale sexuel qui a contraint Gary Hart, candidat à la primaire démocrate en 1987 auquel les sondages promettaient la Maison-Blanche, à se retirer de la course.

Le livre est à la fois une enquête sur l’affaire elle-même et une réflexion sur l’évolution du traitement de l’actualité politique par les médias au cours des cinquante dernières années. La thèse de Matt Bai est que l’affaire Gary Hart a fait passer le journalisme politique dans le camp de la presse people.

All The Truth Is Out

Son enquête est très intéressante – surtout pour les drogués d’actualité américaine – et ses réflexions sur l’évolution des médias sont souvent convaincantes. C’est pourquoi “All The Truth Is Out” aurait pu être un très bon livre.

Malheureusement, il pâtit de trois faiblesses majeures :

  • il défend Gary Hart à un point tel que ce parti-pris entache rapidement l’objectivité de son propos. Celui-ci devient un plaidoyer peu crédible en faveur de l’ancien candidat. Matt Bai démontre une nouvelle fois que les défenseurs fanatiques sont les pires avocats. A la différence d’autres dirigeants politiques (Bill Clinton par exemple), l’arrogance et la vanité de Hart l’ont empêché de se racheter des erreurs qu’il avait commises. Bai le victimise pourtant tout au long du livre ;
  • Bai rattache tous les faits qu’il évoque à la théorie de l’évolution des médias qu’il propose. Là aussi, cela finit par affaiblir la crédibilité de sa thèse car son analyse occulte beaucoup d’autres facteurs. C’est par exemple le cas des jugements qu’il porte sur les candidats présidentiels qui ont succédé à Hart (Bill Clinton, John Kerry, George W. Bush, John McCain, Barack Obama, Mitt Romney…). Il les réduit tous à leurs rapports avec des médias peoplelisés sans autre considération stratégique ou tactique. Incidemment, Bai et Hart partagent un grand mépris à l’égard de leurs contemporains et cela ne rend pas la lecture de ce livre très enthousiasmante ;
  • All The Truth Is Out” abonde de contradictions dont je ne citerai que trois exemples. Alors qu’il critique le rôle excessif de l’évaluation des personnalités dans la couverture de l’actualité politique, il reproche à Mitt Romney d’être trop lisse sur ce plan après avoir fustigé Bill Clinton pour ses dérives sexuelles. Il donne l’impression, dans un échange qu’il relate avec Gary Hart, de penser que les meilleurs dirigeants politiques sont forcément dépravés. Et il réduit Obama à une star médiatique sans évoquer ce qu’il incarna sur les plans politique et sociétal lors de sa première candidature.

Je sais le travail que représente l’écriture d’un livre et je n’aime pas donner une mauvaise appréciation aux ouvrages que je lis. Mais, dans ce cas, elle me semble justifiée.

Note : D.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo