Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Valeur : Starbucks et Wall Street n’ont pas le même horizon de temps

Le groupe dirigé par Howard Schultz a présenté ses résultats trimestriels cette nuit. Malgré un vingt-troisième trimestre d’affilée de croissance de ses ventes supérieure à 5%, la marque a été sanctionnée par les marchés financiers1.

Le résultat opérationnel que Starbucks prévoit pour le trimestre en cours est en effet inférieur aux attentes de Wall Street. Deux raisons expliquent la montée des coûts qui empêche l’Entreprise de réaliser la performance attendue : ses investissements technologiques dans le mobile et son programme destiné au bien-être de ses collaborateurs.

Starbucks a dépensé 145 millions de dollars supplémentaires dans ces deux domaines l’an passé et devrait y consacrer entre 100 et 125 millions de plus que prévu cette année.

(CC) David Goehring

(CC) David Goehring

La partie dédiée aux collaborateurs du Groupe concerne (i) le financement des études universitaires de tous ses collaborateurs américains – anciens comme nouveaux, à temps plein comme à temps partiel – qui le souhaitent, programme que je vous avais présenté dans cet article, et (ii) des augmentations accordées à ses collaborateurs.

J’ai consacré plusieurs articles aux initiatives citoyennes de Starbucks que j’avais également largement évoquées avec Howard Schultz lors de l’interview exclusive qu’il m’avait accordée il y a deux ans et demi. Le credo de Schultz – “Starbucks n’est pas une entreprise de café qui sert des gens mais une entreprise humaine qui sert du café” – est au coeur des valeurs du Groupe, lesquelles guident sa stratégie et son management au quotidien.

Howard Schultz a d’ailleurs reçu de nombreuses distinctions pour ses actions dans les domaines de l’éthique, de la philanthropie et de l’éducation et Starbucks est, cette année encore, la cinquième entreprise la plus admirée au monde dans le classement de FORTUNE établi sur la base de son célèbre sondage réalisé auprès de dirigeants et d’administrateurs d’entreprises à travers la planète.

Comme souvent avec les initiatives citoyennes qu’il prend, Howard Schultz affirme que son engagement au service du bien-être de ses collaborateurs est bénéfique pour Starbucks. Ainsi a-t-il expliqué cette nuit (heure française) :

Nous observons des améliorations dans la rétention de nos collaborateurs, ce qui représente un résultat direct de nos investissements dans ce domaine à une époque où notre industrie adopte une stratégie inverse.

L’analyse de nos performances révèle également que nos ventes sont plus élevées dans les établissements où nous réduisons le plus la rotation de nos effectifs2.

C’est parce qu’il arrive à conjuguer valeurs d’entreprise et valeur économique qu’Howard Schultz est l’un des plus grands patrons de notre époque. C’est manifestement ce que Wall Street a eu du mal à apprécier cette nuit, étant focalisé sur le trimestre à venir.

1 Jusqu’à hier, le cours de Bourse du Groupe avait progressé de 50% depuis le début de l’année 2015.

2 Dans une société de services comme Starbucks, le bien-être des collaborateurs a un impact encore plus direct que dans d’autres secteurs sur la satisfaction des clients.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo