Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Au travail non plus, l’argent ne fait pas le bonheur

C’est une étude britannique qui le démontre, mais sans rapport avec le Brexit.

L’association des comptables a fait réaliser une enquête d’opinion destinée à mieux comprendre les motivations professionnelles de ses membres. Les principales conclusions de cette recherche se présentent comme suit :

  • les bonnes relations avec ses collègues constituent le premier facteur de bonheur au travail, devant la satisfaction d’accomplir une tâche intéressante et la bonne entente avec son patron. Même la durée du trajet entre domicile et travail est jugée plus importante que le montant de la rémunération ;
  • 80% des personnes interrogées affirment qu’elles refuseraient un emploi beaucoup mieux payé s’il impliquait de travailler avec des personnes ou dans environnement qu’elles n’apprécient pas ;
  • plus d’un quart des participants à ce sondage ont décliné une offre d’emploi mieux payée car elle aurait réduit le temps qu’ils pouvaient consacrer à leur famille ;
  • un tiers des personnes interrogées ont quitté un travail bien payé parce qu’elles considéraient qu’il ne valait pas la pression qu’il induisait. Le manque de reconnaissance de sa hiérarchie et le manque d’intérêt intellectuel du poste sont les deux autres principales raisons citées pour expliquer un changement d’emploi ;
  • 15% des participants affirment ne pas aimer leur travail. Pour eux aussi, la satisfaction éprouvée dans leur emploi et le manque de reconnaissance de leur supérieur sont des facteurs de mécontentement plus importants que le niveau de leur salaire.
(CC) Tax Credits

(CC) Tax Credits

C’est donc un enseignement pour tous les managers : la limitation des budgets d’augmentation salariale n’est pas une raison suffisante pour expliquer l’éventuel manque de satisfaction et de motivation de leurs collaborateurs.

Comme je le soulignais dans mon livre “Donnez du sens, il vous le rendra“, les effets respectifs d’une motivation intrinsèque (l’adhésion à un projet, l’amour de son activité, la stimulation intellectuelle…) et d’une motivation extrinsèque (la recherche d’une récompense financière, l’évitement d’une sanction…) sont très différents. En particulier, celle-là favorise beaucoup plus puissamment que celle-ci l’engagement dans le travail.

Plus important – et étonnant – encore, il a été démontré1 que les individus qui sont animés d’une double motivation intrinsèque et extrinsèque sont moins investis et performants que ceux qui ne sont mus “que“ par une motivation intrinsèque.

1 “Multiple Types Of Motives Don’t Multiply The Motivation Of West Point Cadets“, Amy Wrzesniewski, Barry Schwartz, Xiangyu Cong, Michael Kane, Audrey Omar et Thomas Kolditz, Proceedings Of The National Academy Of Sciences Of The United States Of America, juin 2014.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo