Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

La leçon de management d’un grand essayiste

C’est Andrew Chen, un entrepreneur Internet et blogueur de la Silicon Valley, qui a posté un lien vers ce texte sur son fil Twitter tout à l’heure. Le texte en question est une leçon donnée par l’essayiste américain William Deresiewicz à l’Académie militaire de West Point en 2009. Si simple en apparence et si vraie.

L’ensemble de cette leçon sur le leadership est remarquable – et j’ai notamment adoré la reprise de l’une de mes citations favorites : “un écrivain est une personne pour laquelle écrire est plus difficile que pour les autres” (Thomas Mann). Mais ce que je voudrais partager avec vous ce soir est l’extrait de ce cours relatif à la réflexion.

West Point – (CC) Joseph

Deresiewicz explique que le multitasking (le fait de faire plusieurs choses en même temps) nous empêche de penser. Penser, en effet, consiste à se concentrer suffisamment longtemps sur une seule chose pour développer une idée à son sujet. Non pas apprendre les idées des autres ou mémoriser une information mais développer sa propre idée. Penser pour et par soi-même. Ce que l’on ne peut naturellement pas faire en passant d’une tâche à une autre toutes les trente secondes.

Le plus intéressant dans le développement de Deresiewicz est le passage suivant : “je remarque souvent que ma première pensée n’est jamais ma meilleure. Ma première pensée est toujours celle de quelqu’un d’autre ; c’est toujours quelque chose que j’ai déjà entendu sur le sujet auquel je pense, souvent la sagesse populaire. C’est seulement en me concentrant, en étant patient, en laissant toutes les parties de mon esprit entrer en jeu que j’arrive à une idée originale. En donnant l’opportunité à mon cerveau de faire des associations, de connecter des pensées disparates, de me prendre par surprise. Et, alors, même l’idée qui en résulte n’est souvent pas très bonne. J’ai besoin de temps pour y penser davantage, faire des erreurs et les reconnaître, me lancer sur des fausses pistes et me reprendre, dépasser mes impulsions, surmonter mon envie de déclarer mon travail achevé et de passer à autre chose”.

Ces lignes décrivent si bien le processus auquel s’astreint modestement chaque jour le multitasker compulsif que je suis en rédigeant ce blog : prendre le temps de se poser.

Au-delà de mon cas personnel sans grand intérêt, c’est aussi une remarquable leçon de management – et ce n’est pas un hasard si William Deresiewicz évoque cet aspect dans une leçon sur le leadership : à ses yeux, le leader est d’abord celui qui pense par lui-même.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo