Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

La leçon de management de Steve Jobs (encore une !)

Comment évaluer les idées de vos collaborateurs ?

Ken Segall est l’un des plus célèbres publicitaires américains. Il fut l’un des partenaires intellectuels de Steve Jobs auprès duquel il conçut notamment le nom “iMac” – qui préfigura la dénomination ultérieure de la majorité des produits de la marque – et la mythique campagne “Think Different”.

Segall vient de publier un livre – Insanely Simple: The Obsession That Drives Apple’s Success – sur sa collaboration avec Jobs (critique à lire sur Superception prochainement) et d’accorder une interview au blog Cult of Mac dans le cadre de sa campagne de promotion.

(CC) Sean Barry

Dans cette interview, il explique notamment combien il lui fut difficile de convaincre Jobs – qui préférait initialement le nom “MacMan” ! – d’adopter “iMac” : “Dans certains cas, Steve évoluait ainsi : ‘Je déteste cette idée. Je la déteste. Je la déteste. Bon, allez, ok’. Il voulait simplement s’assurer qu’il avait considéré toutes les options. Il forçait les gens à défendre leur proposition afin de tester le niveau de leur passion pour leur idée. S’il arrivait facilement à faire reculer son interlocuteur, il concluait que l’idée que ce dernier promouvait n’avait pas grande valeur“.

Le côté tyrannique de Jobs a été assez commenté – y compris sur Superception – pour que je n’aie pas à y revenir. Mais, en l’occurrence, cette utilisation de son autorité me semble très saine : trop de dirigeants et de managers utilisent en effet leur pouvoir pour éviter de considérer toutes les options et imposer leur idée initiale contre toutes les démonstrations objectives de l’inanité de l’idée en question.

Utiliser son autorité pour explorer ainsi toutes les alternatives avant de trancher finalement – ce qui, ne l’oublions pas, est la mission de celui qu’on n’appelle pas par hasard “décideur” – est une approche créatrice de valeur pour l’entreprise. Et le fait que cette méthode passe par la génération d’une part d’insécurité – car de remise en cause – du collaborateur est malheureusement souvent une contrainte incontournable.

Cependant, l’éthique et le respect d’autrui dont fait preuve le manager doivent garantir que cette remise en cause ne conduise pas aux excès auxquels furent soumis les collaborateurs de Jobs. Car la création de valeur ne peut s’opérer que si les membres d’une équipe continuent de proposer des idées.

Or il n’y a aucune raison que les personnes les plus créatives soient aussi toujours les plus combatives.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo