Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Préférez-vous être heureux ou malheureux ?

Optimisme vs. pessimisme dans le management.

Trouvée sur Twitter, cette définition de l’optimisme : “il est si optimiste que, pour être habillé dans son cercueil, il achèterait un costume avec deux pantalons“. Elle est due à Chuck Tanner, un grand joueur et manager de baseball de l’après-guerre.

Tanner est connu pour avoir été l’un des personnages les plus optimistes de l’histoire du baseball. Wilbur Wood, un joueur entraîné par Tanner, avait décrit ainsi la manière dont ce dernier coachait son équipe : “Chuck était la personne la plus positive qu’il m’ait été donné de connaître. Quelle que soit la gravité de la situation, il trouvait toujours une raison d’être positif, une raison de vous mobiliser. Et il passait plus de temps avec les joueurs qui avaient des problèmes qu’avec ceux qui allaient bien“.

Hommage à Chuck Tanner dans le stade de baseball de Pittsburgh – (CC) jmd41280

Cette approche de Chuck Tanner vis-à-vis de ses joueurs me rappelle une autre phrase sur l’optimisme : “un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté” (Winston Churchill). Tanner considérait en effet que ceux de ses joueurs qui traversaient des difficultés représentaient autant d’opportunités – et non des poids morts.

Plus globalement, l’optimisme constitue l’une des méthodes de management les plus efficaces à condition d’être appliquée avec réalisme. Un manager optimiste entraîne son équipe en la plaçant toujours dans une optique de succès alors qu’un manager pessimiste décourage ses collaborateurs avant même qu’ils aient tenté de donner leur meilleur. Un manager optimiste élargit en permanence le champ du possible alors qu’un manager pessimiste rétrécit toujours les limites de l’envisageable. Ce faisant, un manager optimiste tire son équipe vers le haut alors qu’un manager pessimiste la plombe. Last but not least, l’atmosphère de travail est plus agréable au sein d’une équipe animée – c’est le cas de le dire – par un manager optimiste.

Mais, pour que tous ces bienfaits soient réunis, il convient que l’optimisme du manager ne se transforme pas en aveuglement. Car la première qualité d’un leader, celle qui constitue son assurance contre les accidents de la vie managériale, est la crédibilité. Or la crédibilité repose sur la vérité.

Un manager qui aperçoit toujours de la lumière au bout d’un tunnel est donc plus efficace qu’un manager qui ne repère pas le bout dudit tunnel. Mais ce dernier sera plus crédible que celui qui nie même voir un quelconque tunnel.

3 commentaires sur “Préférez-vous être heureux ou malheureux ?”

› Ajouter un commentaire

Merci pour ce post qui pose les nuances au lieu de caricaturer pessimisme et optimisme dans leurs excès. Je me dis que vous avez sûrement été lecteur de l’excellent “Eloge de l’optimisme” de Philippe Gabilliet, prof à l’ESCP … une de ses vidéos en rapport direct avec votre post est sur mon blog : http://voustombezpile.wordpress.com/2012/04/11/le-magasin-des-suicides-trop-mortel/. Le point de départ : “Le magasin des suicides” de Jean Teulé… Excellente journée !

Je ne connaissais pas les travaux de P. Gabilliet et vous remercie de nous les avoir signalés.

Xophe

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo