Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Le futur du marketing sportif passe par la télévision

Voilà une activité marketing où Internet ne règne pas (encore ?) en maître.

Le cabinet de consultants PricewaterhouseCoopers (PwC) a publié une étude, relatée par BuzzFeed, sur l’industrie du sport. Elle montre que les droits médias et le sponsoring représentent 25 des 53,5 milliards de dollars de chiffre d’affaires généré par le sport en Amérique du Nord. Ils devraient en représenter un peu plus de la moitié en 2017, année où l’industrie du sport devrait produire des revenus de 67,7 milliards de dollars. Le reste est constitué des ventes de billets et de produits dérivés. Or celles-ci progressent beaucoup moins vite (3,9% pour les billets et 1,6% pour les produits dérivés) que ceux-là (7,7% pour les droits médias et 6% pour le sponsoring).

Pour PwC, les ventes de billets ne peuvent plus progresser significativement parce que, de plus en plus, l’expérience offerte dans un stade ou une arène couverte est concurrencée par celle vécue chez eux par les fans de sport. Les équipes doivent donc imaginer de nouveaux moyens de rendre l’expérience vécue au bord des terrains inégalable devant son poste de télévision : zones du stade réservées à certaines catégories de billets, grands écrans sur le modèle de celui du stade des Dallas Cowboys (lire ici), WiFi accessible aux spectateurs… Quant aux ventes de produits dérivés, PwC ne s’attend pas à ce qu’elles progressent plus vite que l’économie globale.

Les stars du sport telles que Kobe Bryant représentent une puissance économique considérable - (CC) Christophe Lachnitt

Les stars du sport telles que Kobe Bryant représentent une puissance économique considérable – (CC) Christophe Lachnitt

Parallèlement, les grands événements sportifs conservent un attrait particulier aux yeux des diffuseurs télévisés car ils drainent une forte audience devant un programme au même moment – il s’agit de l’effet de latence zéro que j’ai déjà évoqué sur Superception. C’est une aptitude de plus en plus important pour les chaînes alors que les consommateurs regardent de manière croissante les émissions en différé grâce aux différentes solutions offertes par le numérique. Or qui dit visionnage en direct dit plus grande efficacité des publicités diffusées durant le programme concerné.

En matière de sponsoring, la tendance la plus dynamique ces temps-ci concerne les droits de dénomination de stades, laquelle connaît un important succès au sein des grandes entreprises.

In fine, l’ensemble de cette industrie repose sur l’attrait des stars du sport auprès du public à la fois dans leur performance sur le terrain et dans leur attitude à l’extérieur du terrain. Les déboires de notre équipe nationale de football depuis quelques années sont malheureusement là pour le démontrer aux médias et sponsors concernés.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo