Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Une grande entreprise supprime les revues annuelles de performance et s’en porte mieux

Un sujet de saison dans la plupart des sociétés.

Bob Sutton, professeur de management à l’Université de Stanford, a publié sur LinkedIn un extrait de son nouveau livre, “Scaling Up Excellence“. Il y raconte comment l’éditeur de logiciels Adobe, qui compte 11 000 collaborateurs, décida en 2012 de renoncer aux revues annuelles de performance. L’Entreprise instaura des entretiens fréquents entre managers et collaborateurs au cours desquels ils échangent feedbacks.

Ces discussions sont très libres : pas de durée, format, fréquence ou guide d’entretien imposé. L’objectif est de proposer aux collaborateurs des conseils lorsqu’ils en ont besoin plutôt que plusieurs mois après. Chaque année, les managers continuent de se pencher sur la rémunération de leurs collaborateurs et ils bénéficient pour ce faire d’une plus grande liberté d’allocation de leur budget qu’auparavant. Les classements forcés, en particulier, ont été abolis. Last but not least, les managers ont bénéficié d’une importante formation lors de la mise en oeuvre de cette réforme.

Le Siège d'Adobe à San Jose (Californie) - (CC) Seven Block

Le Siège d’Adobe à San Jose (Californie) – (CC) Seven Block

Les deux motivations d’Adobe sont expliquées dans le livre de Bob Sutton par Donna Morris, la DRH du Groupe :

  • les revues de performance annuelles mobilisaient chaque année 80 000 heures de travail des 2 000 managers d’Adobe, l’équivalent de 40 collaborateurs à temps plein ;
  • les sondages internes montraient que les collaborateurs de l’Entreprise étaient moins inspirés et motivés après avoir passé leur entretien.

Les nouveaux rendez-vous entre managers et collaborateurs participent du programme mis en place par Adobe pour renforcer le sens des responsabilités de ses managers et collaborateurs.

Ces derniers sont interrogés régulièrement sur les qualités managériales de leur patron direct. Ces sondages indiquent que la réforme mise en place par Adobe porte ses fruits : 78% des collaborateurs du Groupe estiment que leur manager est davantage ouvert aux feedbacks, ce qui constitue une amélioration sensible, et le taux d’attrition a diminué de 30%.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo