Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

La nouvelle application mobile du New York Times s’attaque directement à Twitter…

… et poursuit sa révolution numérique avec une décision éminemment symbolique.

Comme tous les abonnés numériques du New York Times, j’ai reçu il y a quelques jours un email m’annonçant que j’allais avoir accès à partir du 2 avril – aujourd’hui – à sa nouvelle application mobile : NYT Now. Ce nouveau produit fait partie des innovations qui avaient été annoncées par le journal il y a quelques mois.

NYT Now, à ce stade uniquement accessible sur iPhone, offre 10 articles gratuits par mois aux personnes qui ne sont pas abonnées au journal (le même nombre d’articles que son paywall Internet). Le coût de l’application est de 2 dollars par semaine mais elle est gratuite pour les abonnés numériques du New York Times.

NYT Now propose en continu les principales actualités du moment ainsi que quatre briefings par jour composés de quelques paragraphes sur des sujets dignes d’intérêt et, révolution culturelle et symbolique pour le journal, une curation (sélection et mise en ligne de contenus existants) des meilleurs articles d’autres médias.

(CC) The New York Times

(CC) The New York Times

Les équipes du New York Times ont préparé durant neuf mois le lancement de NYT Now et fondé la conception de son offre marketing sur l’analyse approfondie de trois années d’habitudes de consommation de ses clients.

Il sera très intéressant de voir le développement que NYT Now va connaître auprès de deux types d’audience :

  • les abonnés numériques du New York Times : cette nouvelle application va-t-elle cannibaliser l’abonnement numérique plein tarif ? Comment les 760 000 abonnés numériques vont-ils naviguer entre NYT Now et l’application mobile complète du quotidien ? La réponse à ces deux questions dépendra beaucoup de la complémentarité – en termes de contenus et d’expérience – des deux offres ;
  • le grand public : pour cette cible, NYT Now peut être considéré comme un produit d’entrée de gamme permettant de découvrir l’univers et l’offre éditoriale du journal. Sera-ce suffisant pour attirer des internautes désormais habitués à suivre l’actualité sur une kyrielle d’applications mobiles gratuites ?

Plus globalement, il semble évident que NYT Now représente aussi une tactique anti-Twitter : offrir une vue globale de l’actualité bénéficiant de la réputation éditoriale du New York Times – tout en n’étant pas, pour la première fois, limitée à ses contenus – et d’une simplicité d’utilisation plus grande que celle de Twitter, dont j’ai souligné récemment encore les problèmes dans ce domaine.

L’enjeu, pour The New York Times, est de s’adjuger une part plus grande de la consultation de l’actualité effectuée par les internautes à des temps charnières de leur journée : réveil, déjeuner, fin de journée de travail et coucher. Il se trouve que ce sont précisément les quatre moments auxquels les briefings de NYT Now seront publiés.

The New York Times vs. Twitter : les paris sont ouverts.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo