Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

L’assassinat du lion Cecil confirme la théorie de la perception de Staline

La colère gronde aux Etats-Unis et sur le web social contre Walter Palmer, le dentiste du Minnesota qui aurait attiré Cecil hors de la réserve où il était protégé avec des appâts arrimés à des véhicules tout terrain pour le transpercer d’une flèche avant de l’achever quelques dizaines d’heures plus tard.

Walter Palmer, un récidiviste du braconnage – activité qu’il conviendrait d’ailleurs mieux d’appeler “braconnerie” – n’a pas arrangé son cas en publiant un communiqué dans lequel il explique pêle-mêle qu’il aime chasser les animaux sauvages et qu’il n’est responsable de rien, ayant suivi les conseils de ses guides locaux.

La première affirmation fait montre de fort peu d’empathie à l’égard des millions de personnes qui respectent la beauté et la rareté de ces créatures. La seconde est invraisemblable si l’on se fie au déroulement présumé de son forfait. En résumé, la victime de cette affaire, selon le bon docteur, n’est pas Cecil mais Walter Palmer. Son aptitude en communication de crise est donc aussi déficiente que sa boussole morale.

Cependant, au-delà de ce cas d’abjection individuelle, il convient de s’interroger sur la raison pour laquelle l’assassinat de Cecil a déclenché un telle tempête alors que plusieurs centaines de lions sont tués en Afrique chaque année et que plusieurs dizaines de milliers d’êtres humains y perdent également la vie sous les coups des terroristes et de régimes dictatoriaux tels que celui de Robert Mugabe au Zimbabwe, l’Etat où Cecil a été abattu.

Cecil - (CC) Vince O'Sullivan

Cecil – (CC) Vince O’Sullivan

L’explication de ce phénomène tient à un précepte énoncé par Joseph Staline :

La mort d’un homme est une tragédie. La mort d’un million d’hommes est une statistique“.

Cette maxime, en effet, constitue l’un des piliers du manuel journalistique. Ainsi que vous pouvez le constater dans votre journal, sur Internet et, plus encore, à la radio et dans les journaux télévisés, chaque événement tragique est narré à travers une histoire individuelle.

Qu’il s’agisse d’un désastre social (l’augmentation du chômage), naturel (un tsunami) ou géopolitique (une guerre), les médias traduisent l’information brute (le nombre de victimes) en témoignages individuels afin de transformer la donnée statistique en récit dramatique pour capter l’attention et l’émotion du citoyen.

En management de la performance, on apprend qu’une série d’anecdotes ne fait pas une statistique. En journalisme, c’est exactement l’inverse : une anecdote peut donner sens à une statistique et ainsi solliciter l’humanité des spectateurs de la marche du monde.

Or Cecil présentait toutes les caractéristiques du héros susceptible d’incarner médiatiquement le drame de la disparition d’espèces sauvages de la planète (il ne reste qu’environ 30 000 lions en Afrique) :

  • il faisait partie d’un programme de protection des félins et portait depuis 2008 un collier GPS permettant de suivre ses faits et gestes ;
  • sa crinière teintée de noir et sa beauté lui conféraient un charisme qui en avait fait l’emblème de ce programme et le héros des touristes qui visitaient la réserve naturelle (Hwange National Park) où il vivait ;
  • last but not least, il portait un nom, ce qui lui conférait une personnalité unique et participait de sa renommée.

Désormais, le chasseur est devenu la proie : Walter Palmer se cache pour échapper à l’ire générale et à la menace d’une extradition vers le Zimbabwe.

En tirant sur la mauvaise cible, il a transformé ce qui ne devait être qu’une anecdote de plus sur son carnet de chasse en symbole médiatique d’une pratique en disgrâce.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo