Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Radiographie de l’écosystème mobile dans lequel nous opérons

Des drones aux voitures en passant par les smartphones et tablettes, le mobile n’est plus une composante d’Internet. Il est Internet.

L’analyste Benedict Evans de la société de capital risque Andreessen Horowitz est l’un des spécialistes les plus réputés mondialement du secteur des technologies mobiles. Il a commenté une version actualisée de sa présentation “Mobile Eating The World1 lors du Changing Media Summit organisé par The Guardian.

Vous pouvez visionner l’ensemble de la présentation ci-dessous mais je vous en livre les principaux enseignements :

  • le monde est passé de la vente annuelle de 300 millions d’ordinateurs dans les années 2000 à celle de 1,5 milliard de smartphones dans les années 2010 (et la croissance du marché des smartphones n’a pas atteint son plafond) ;
  • en 2020, 5 milliards de personnes pourraient détenir un smartphone ;
  • le processeur d’un iPhone 6 contient 625 fois plus de transistors qu’un Pentium commercialisé en 1995. Lors du week-end de lancement de l’iPhone 6, Apple vendit environ 25 fois plus de transistors électroniques que tous les ordinateurs de la planète n’en comptaient en 1995. Chaque acheteur d’un smartphone acquiert donc un superordinateur de poche ;
  • or le prix d’entrée d’un smartphone Android est inférieur à 50 dollars et le réseau cellulaire mondial est de plus en plus ubiquiste : 70% de la population africaine sont ainsi couverts. La dernière barrière à l’entrée des consommateurs sur ce marché a trait au coût de l’accès aux données mobiles ;
  • le smartphone est le premier produit technologique universel : il a vocation à être présent dans la poche de chaque habitant de la planète alors que l’ordinateur commença par être utilisé dans chaque entreprise puis, selon la formule de Bill Gates, dans “chaque foyer et sur chaque bureau” ;
  • en conséquence, le mobile est le nouvel écosystème technologique et va être le moteur de l’innovation dans les prochaines années ou décennies ;
(CC) Benedict Evans

(CC) Benedict Evans

  • de même que les tablettes sont les ordinateurs de ce nouvel écosystème, un drone est-il un smartphone qui vole ;
  • grâce aux senseurs, les données sont présentes partout et peuvent être valorisées dans toutes les pratiques humaines ;
  • toutes les industries vont être affectées, comme le montre aujourd’hui l’exemple de l’automobile. Les voitures sont en passe de devenir des smartphones qui roulent et le développement de voitures sans chauffeur révolutionnera la manière dont nos vies et villes sont organisées ;
  • l’association du mobile, du cloud et de l’intelligence artificielle va profondément changer les méthodes et outils de travail et considérablement améliorer la productivité ;
  • 52% des 1,6 milliard de membres mensuels actifs de Facebook l’utilisent exclusivement depuis des mobiles et le mobile représente plus de la moitié du trafic et le tiers des revenus du commerce électronique ;
  • entre 40 et 50% du trafic mobile, selon les pays, sont réalisés sur WiFi, c’est-à-dire dans des situations qui ne relèvent pas réellement de la mobilité ;
  • les smartphones et tablettes représentent près de la moitié du trafic de streaming video ;
  • le smartphone constitue une plate-forme Internet plus riche, tout en étant plus facile à utiliser, que le PC grâce à ses senseurs, son interface tactile, sa géolocalisation, ses caméras, etc. ;
  • l’écosystème mobile a donné naissance aux applications qui représentent aujourd’hui plus de la moitié du temps passé sur Internet (fixe et mobile) aux Etats-Unis ;
  • les applications mobiles ont généré une énorme concentration des usages Internet sur un nombre limité de plates-formes et services. Un tiers du temps passé sur les applications mobiles outre-Atlantique est ainsi dévolu à Facebook ;
  • les usages de Facebook apparentent le premier réseau social de la planète à un navigateur Internet ;
  • les systèmes d’exploitation mobile ne sont pas neutres : alors que, sur PC, les développeurs bâtissent des solutions pour l’Internet, sur mobiles, ils les construisent pour Android et/ou iOS ;
  • l’influence d’Apple et Google est de ce fait considérable. En revanche, le moteur de recherche de Google perd en influence dans la découverte de contenus et d’applications sur les mobiles.

En conclusion, comme l’affirme Benedict Evans, faire référence à “l’Internet mobile” est aujourd’hui aussi archaïque qu’évoquer la “télévision couleur”.

1 Dont le titre fait référence à la célèbre proclamation de son patron, Marc Andreessen, selon laquelle “Software is eating the world“, déclaration qui est désormais le motto de la société Andreessen Horowitz.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo