Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Quelques collaborateurs de grand talent font-ils la différence ?

Une question qui crée une tension avec l’une de mes principales convictions managériales.

Pourtant, les études scientifiques réalisées à ce sujet sont unanimes : quelques individus de grand talent augmentent de manière disproportionnée la performance d’une équipe au sein d’une entreprise et, partant, le rendement économique de cette dernière. Ce n’est donc pas seulement vrai en sports collectifs.

On retrouve dans ce domaine un effet Pareto : 20% des collaborateurs peuvent déterminer (au moins) 80% de la performance de leur équipe (et vice-versa), et ce quel que soit le secteur dans lequel l’équipe concernée opère.

(CC) Ronnie Macdonald

(CC) Ronnie Macdonald

Je professe depuis toujours sur Superception que le collectif est plus important que tout au sein d’une équipe et qu’il ne faut pas faire prévaloir un talent sur le reste d’un groupe.

En effet, à mes yeux, la confiance est le lien suprême d’une équipe :

Un regroupement de stars ne sort jamais vainqueur s’il n’a pas constitué un ensemble qui dépasse l’intérêt individuel et l’ego de chacun. Il en va de même en sport et en entreprise.

La confiance permet notamment d’appliquer avec cohérence une stratégie acceptée par tous, de forger une grande cohésion, de développer la solidarité, de prendre des risques avec le maximum de chances de succès, de minimiser les conflits, de gérer constructivement les désaccords, de donner l’opportunité à chacun d’exprimer tout son potentiel et de développer le bien-être de tous“.

Complémentaire de la notion de confiance est celle de durée. A cet égard, je suis convaincu que, même si de grands talents peuvent produire un effet Pareto dans la performance d’une équipe, leur contribution n’est pas positive sur la durée si leur savoir-faire n’est pas à la hauteur de leur savoir-être :

Il est au moins une raison, à mon sens, pour laquelle le savoir-être prévaut sur le savoir-faire : un génie incapable de travailler collectivement sera sur la durée moins efficace, sauf rares exceptions notamment perceptibles dans le monde de la R&D, qu’une équipe unie. C’est pourquoi je finis toujours par privilégier le savoir-être sur le savoir-faire dans mes recrutements”.

En réalité, c’est une affaire de valeur : des talents exceptionnels peuvent ponctuellement augmenter la valeur économique d’une entreprise mais, s’ils ne sont pas animés des bonnes valeurs, ils dévaloriseront son collectif et, à terme, déprécieront sa valorisation.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo