Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Internet vs. “Citizen Shame”

Dans le scandale protéiforme qui touche l’empire médiatique de Rupert Murdoch, ce n’est pas la moindre des ironies que de voir des innovations journalistiques réalisées sur le web porter des coups ravageurs au “Citizen Shame”.

Ainsi que le rapporte Mashable, plusieurs médias ont utilisé les capacités uniques d’Internet pour rendre compte des 163 pages de documents et emails récemment révélés au grand public dans le cadre de l’enquête (“Leveson Inquiry”) menée sur les écoutes téléphoniques de News of the World, l’un des fleurons de News Corporation, le groupe de Rupert Murdoch (lire cet article pour se remémorer le scandale qui conduisit à la cessation d’activité de ce journal après 168 ans d’existence).

A tout seigneur, tout honneur, Pro Publica a conçu une fantastique application dénommée DocDiver qui permet à ses lecteurs de se connecter grâce à leur compte Facebook pour avoir accès à l’ensemble des emails. L’application permet d’annoter lesdits emails. Les personnes qui se connectent peuvent ainsi voir les annotations de celles et ceux qui les ont précédées. Enfin, elles peuvent publier sur leur compte Facebook directement depuis l’application. C’est l’outil le plus innovant : il permet un partage d’informations et de réflexions entre journalistes ou entre journalistes et lecteurs qui ne pourra qu’accélérer la révélation de toutes les coulisses du scandale Murdoch. C’est l’expérimentation d’une nouvelle forme de communauté qui me semble passionnante.

The Guardian, pour sa part, a créé un calendrier interactif qui permet par exemple aux Internautes de naviguer à travers les dizaines d’emails rassemblés dans les 163 pages de preuves. C’est le meilleur outil pour suivre chronologiquement ce dossier très complexe.

Enfin, la BBC a créé une page Internet sur laquelle est présentée en direct l’évolution du dossier dans un format multimédia incluant la possibilité pour les Internautes de participer à une conversation en ligne. C’est l’approche la plus complète mais la moins innovante.

L’ironie de ces développements est double : les journalistes dont Murdoch a piétiné l’éthique se rebellent contre lui en utilisant tous les moyens offerts par Internet, le média que le magnat australien était l’un des très rares à pouvoir encore concurrencer avec des organes de presse écrite.

Même dans une industrie où l’actualité “chaude” fait la loi, la vengeance est un plat qui se mange froid…

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo