Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

George Washington ou George Clooney ?

La stratégie de communication adoptée par Barack Obama pour sa campagne de réélection n’est pas à son niveau.

Dimanche dernier, Stephanie Cutter, la directrice adjointe de la campagne de Barack Obama, était l’invitée de l’émission politique “State of the Union” de Candy Crowley sur CNN.

Elle aborda le reproche qui est fait au Président démocrate de ne plus répondre qu’aux questions bienveillantes de la presse et de privilégier de manière croissante des médias de divertissement plutôt que des canaux politiques.

Il faut dire que les deux dernières interviews du Président ont été accordées respectivement au magazine “People“, l’équivalent américain de “Voici“, et à “Entertainment Tonight“, une émission de télévision consacrée à l’actualité du spectacle et des “people”.

Barack et Michelle Obama à la Une du site web d’Entertainment Tonight à propos… de leur amitié avec George Clooney.

La réponse de Stephanie Cutter fut pour le moins étonnante – pour ne pas dire choquante. Elle affirma en effet que ces médias sont aussi importants que les médias d’information : “Je pense que c’est dans ces médias qu’une majorité d’Américains se tiennent au courant de l’actualité“.

Cela dépend de quelle actualité il s’agit. Qu’une majorité d’Américains se tiennent au courant dans ces médias des suites du divorce de Tom Cruise ou de la dernière extravagance de Jennifer Lopez, cela ne fait aucun doute. Qu’une majorité d’Américains s’informent dans “People” ou “Entertainment Tonight” de l’évolution politique et économique de leur pays est en revanche une lubie de la campagne Obama pour tenter de justifier l’injustifiable.

En outre, le rôle du Président des Etats-Unis, et encore plus d’un Président élu sur des principes aussi élevés que ceux de Barack Obama, n’est pas d’encourager par sa politique de communication une dérive qui peut voir certains Américains – mais certainement pas une majorité d’entre eux – s’éloigner des médias d’actualité pour s’informer dans des médias de divertissement.

Au début de son mandat, Barack Obama participait à des talk-shows grand public – par exemple chez Jay Leno – pour toucher un public plus large mais il répondait parallèlement, dans des conférences de presse et des interviews individuelles, aux questions des médias sérieux.

Aujourd’hui, Barack Obama s’épanche sur son amitié avec George Clooney (cf. copie d’écran ci-dessus) parce qu’il est beaucoup moins à l’aise sur les sujets de fond et parce qu’il a compris – comme je l’évoquais déjà hier – que sa cote de sympathie personnelle constitue l’un de ses plus sûrs atouts face à Mitt Romney. D’où sa stratégie assumée – espérons-le temporairement – de faire prévaloir les médias les plus “people” sur les canaux d’actualité classiques.

Certes, le beau George contribuera certainement à renforcer encore l’attractivité personnelle d’Obama. Mais il n’est pas certain que le débat démocratique y gagne.

Un autre George, Washington, doit se retourner dans sa tombe…

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo