Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

La télévision peut-elle demeurer le premier média d’information ?

La réponse à cette question dépend d’un facteur-clé.

Une analyse menée par The Pew Research Center à partir des données d’audience collectées par Nielsen indique que les adultes américains continuent de s’informer à leur domicile en privilégiant la télévision sur tous les autres médias : 71% d’entre eux ont regardé un programme d’information locale et 65% une émission d’information d’une chaîne nationale au cours de la période couverte par l’étude.

Même si la télévision enregistre un déclin continu (lire ici), elle demeure donc le vecteur de choix pour suivre l’actualité chez soi. Elle est cependant dépassée par le numérique comme premier média global (lire ici). Va-t-elle connaître le même sort en matière d’information ?

Deux tendances lui sont défavorables dans ce domaine.

En premier lieu, les plus jeunes regardent moins la télévision – surtout pour s’informer – que leurs aînés. En second lieu, les nouveaux moyens de production et diffusion de l’information ne cessent de gagner du terrain. Une autre étude*, cette fois réalisée par BI Intelligence, est éclairante à cet égard.

A la fin de cette année, 22% de la population mondiale seront ainsi équipés d’un smartphone, 20% d’un ordinateur et 6% d’une tablette. Le taux de pénétration du smartphone a dépassé celui de l’ordinateur aux environs du milieu de l’année dernière (voir graphe ci-dessous). Incidemment, ce graphe met en lumière les croissances respectives de ces trois équipements : selon BI Intelligence, 1,3 milliard de personnes ont adopté le smartphone en seulement quatre ans… et le taux de pénétration des tablettes progresse aujourd’hui plus vite encore que celui des smartphones à leurs débuts !

BI Intelligence

Mais deux facteurs viennent relativiser ces deux tendances négatives pour la télévision.

Tout d’abord, il convient de définir ce que l’on entend par “télévision”. S’agit-il de l’équipement (sur lequel on consomme également des divertissements autres que les programmes télévisés) ou du média (qui est de plus en plus diffusé sur d’autres supports) ?

On observe en effet que, si les gens regardent de moins en moins leurs postes de télévision, ils visionnent de plus en plus des programmes de télévision sur d’autres équipements, au premier rang desquels les smartphones et tablettes (lire ici). Ainsi que je l’avais relaté, c’est d’ailleurs chez soi qu’on regarde le plus de vidéos sur son smartphone.

En outre, la télévision conserve un atout majeur : elle réunit au même moment les gens autour d’expériences communes créées par ses programmes (concept de “latence zéro”). Ce n’est pas par hasard que le slogan publicitaire de la première chaîne française affirme “on se retrouve sur TF1”.

La réponse à la question que je pose dans le titre de cet article tient in fine en un mot : convergence. C’est en effet de la capacité de la télévision à ne pas seulement être un équipement mais aussi un média que dépendra sa pertinence, en matière technique et de contenus, auprès des plus jeunes générations et sur plusieurs plates-formes.

* Dont la lecture requiert un abonnement au service de BI Intelligence.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo