Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Combattre la “reproduction des mérites”

L’innovation passe aussi par le refus de l’expérience.

Jonah Peretti a été interviewé il y a quelques jours par FORTUNE. Ce qui m’a le plus intéressé dans cet entretien ne concerne pas le développement fulgurant de BuzzFeed mais une pertinente incise sur le management.

Les gens disent souvent qu’ils font confiance à leur instinct. Mais ils oublient que leur instinct se nourrit de leur expérience passée. Si vous avez lancé cinq magazines qui ont échoué et que quelqu’un veut lancer un magazine similaire, votre instinct vous soufflera que c’est une mauvaise idée. Cela ne veut pas dire que vous aurez mené une analyse approfondie de ce projet. Vous disposez juste de cinq données douloureuses qui ont forgé votre instinct.

Jonah Peretti - (CC) TechCrunch

Jonah Peretti – (CC) TechCrunch

C’est pourquoi l’instinct des personnes expérimentées les conduit presque toujours à reproduire encore et encore les initiatives qui leur ont permis d’avoir du succès dans leur carrière. Il est donc essentiel de ne pas toujours écouter son instinct, de considérer en permanence de nouvelles données afin de remettre en cause ce que l’on sait réellement“.

La lutte contre ce que j’appelle la “reproduction des mérites” est l’une de mes marottes managériales et je suis donc particulièrement sensible à cette remarque de Jonah Peretti.

La première zone de confort du manager réside en effet dans sa volonté de reproduire les mérites qu’il a obtenus dans le passé. Confort intellectuel car cela lui évite de penser de manière originale et confort psychologique car le sentiment de certitude est plus rassurant que l’inconnu.

Or chaque situation managériale est différente parce qu’une équipe est une communauté d’individus émotifs et non un groupe de robots. En outre, l’innovation induit la mise en oeuvre de solutions dépassant l’expérience que l’on a acquise. Si celle-ci peut-être source d’enseignements, elle constitue également une limite.

A mon sens, deux élans peuvent aider le manager à éviter l’écueil de la reproduction des mérites : la curiosité intellectuelle et le goût du risque.

3 commentaires sur “Combattre la “reproduction des mérites””

› Ajouter un commentaire

“l’innovation induit la mise en oeuvre de solutions dépassant l’expérience que l’on a acquise”

C’est exactement cela.

L’ouverture a ce qui est réellement présent et perceptible autour de nous, ainsi qu’un profond respect et reconnaissance pour ce que l’on en éprouve et ressent intuitivement en nous, sont 2 instruments aidants.

Lorsque réalité perçue et intuition vécue sont dissonantes, c’est le moment de se demander pourquoi, et a contrario, lorsqu’elles sont en accord, c’est le moment de se demander aussi pourquoi!

En cela , je rejoins la curiosité intellectuelle nécessaire.

La prise de risque aussi peut arriver et parfois, c’est l’appréhension de l’inconnu plus que la prise de risques qui intimide et inhibe un peu.

C’est probablement l’amorce d’un changement de vie qui se prépare et les choix de vie peuvent être un profond moteur de changement et de succès, encore faut-il leur être attentif, les reconnaitre, les assumer, les organiser, pour enfin les vivre pleinement.

C’est a ce point le plus difficile pour un manager, d’être honnête et intègre avec lui-même, lorsque sa vie “commence a se déplacer ailleurs”, de le reconnaître et d’envisager d’amorcer la transition, si cela peut correspondre a un mieux être sans communes mesures.

Lorsque le vent de l’innovation souffle la vague du changement, on ne peut la surfer en s’accrochant désespérément aux branches du passé.

In fine, tout sera emporté, et il est peut-être plus sage, de commencer a apprendre a surfer, le nouveau métier.

Si je paratage la conclusion (curiosité et gout du risque) , je ne partage pas le corps de l’article . En effet il n’y a rien d’incompatible entre l’innovation et l’expérience. Beaucoup d’exemples dans l’histoire prouvent le contraire. C’est à mon sens une analyse un peu superficielle de l’auteur.
Philippe

Cher Philippe,
Je ne dis pas qu’innovation et expérience sont incompatibles, loin de là. J’explique que l’expérience est à la fois source d’enseignements et de limitation. Il faut donc s’en nourrir sans s’y restreindre, ce dernier comportement étant précisément celui de ces managers qui veulent reproduire leurs mérites.
Amicalement.
Xophe

Laisser une réponse à Christophe Lachnitt Annuler la réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo