Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

La plus belle définition du rôle de PDG ?

Probablement aussi la moins conformiste…

Elle est l’oeuvre de Chip Conley, fondateur des hôtels de luxe “Joie de vivre“, écrivain et conférencier.

Chip Conley - (CC) Philippe Lewicki

Chip Conley – (CC) Philippe Lewicki

Pour lui, un CEO doit être un “Chief Emotions Officer” (directeur des émotions).

Une entreprise, comme je ne cesse de l’affirmer sur Superception, est une communauté humaine aussi bien en interne (collaborateurs) qu’en externe (clients, partenaires, actionnaires…).

Or les êtres humains sont avant tout guidés par leurs émotions.

En interne, il n’y a pas plus fort vecteur de mobilisation que la capacité d’un leader à ancrer émotionnellement son projet stratégique comme le montre l’exemple d’Howard Schultz chez Starbucks.

En externe, une marque qui confère une charge émotionnelle à son offre de produits et/ou services bénéficie d’un avantage concurrentiel sans pareil comme le montre l’exemple d’Apple.

(CC) Stanford University/The Miles Group

(CC) Stanford University/The Miles Group

A cet égard, un sondage réalisé auprès de 200 PDG, membres de Conseil d’Administration et cadres dirigeants révèle que onze des douze domaines dans lesquels les PDG reçoivent ou devraient recevoir l’aide d’un coach (voir ci-dessus) sont directement liés à leurs émotions.

Ce qui vaut pour un PDG vaut naturellement pour tous les managers.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo