Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Le sommeil, meilleur agent mémoriel

On savait déjà que le fait de dormir après avoir appris quelque chose favorise le processus de mémorisation.

Mais une recherche menée par une équipe de psychologues de l’Université de Lyon montre qu’il est encore plus profitable de dormir entre deux séances de travail. Cette pratique produit un double avantage : elle réduit les efforts nécessaires à la mémorisation et assure une mémorisation beaucoup plus durable.

Pour arriver à cette conclusion, les universitaires répartirent 40 volontaires en deux groupes avant de leur demander de mémoriser 16 paires de mots français et swahilis au cours de deux sessions de travail séparées par douze heures. Il ne fut mis un terme à la première session qu’après que les participants eurent réussi à retranscrire les seize paires.

Un groupe fut soumis aux deux sessions de travail durant la même journée – et donc sans sommeil entre elles – alors que l’autre groupe les suivit sur deux jours, un soir et le lendemain matin – avec une nuit entre les deux.

(CC) marabuchi

(CC) marabuchi

Au cours de la première session de travail, il n’y eut aucune différence entre les facultés d’apprentissage des membres des deux groupes. Mais la situation fut très différente lors de la deuxième séance.

Les participants qui avaient dormi se souvinrent en moyenne de 10 des 16 paires de mots contre 7,5 pour ceux qui n’avaient pas sommeillé. Et, lorsqu’il s’agit de réapprendre les paires manquantes, ceux-là eurent besoin de 3 essais seulement pour réussir l’exercice contre 6 pour ceux-ci.

Le sommeil aide donc à encoder les informations dans notre cerveau et, partant, à les mémoriser avec moins d’efforts.

En outre, la durabilité de la mémorisation fut plus importante chez les volontaires qui avaient dormi entre les deux sessions de travail que chez les autres. Cet effet positif fut constaté jusqu’à six mois après l’expérimentation.

Incidemment, ces différences ne peuvent pas être attribuées à la qualité du sommeil des participants, les tests effectués à ce sujet avant l’expérimentation n’ayant pas montré d’écarts entre eux dans ce domaine.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo