Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Pour être prise au sérieux, la presse doit être sérieuse

L’un des plus grands magazines américains perd les pédales.

FORTUNE vient de publier son classement des 40 stars du business âgées de moins de 40 ans (“40 Under 40“). Cette liste démontre une nouvelle fois la capacité de Marissa Mayer, qui occupe la première place du podium (voir ci-dessous), à faire perdre toute perspective aux médias.

Le podium du classement "40 Under 40" de FORTUNE pour 2013 - (CC) FORTUNE

Le podium du classement “40 Under 40” de FORTUNE pour 2013 – (CC) FORTUNE

En effet, Marissa Mayer n’a jamais créé d’entreprise ni même de produit dans sa carrière (lire ici). Ces derniers temps, elle n’a encore généré aucun résultat tangible à la tête de Yahoo! Elle y a dépensé une fortune en acquisitions mais n’a ni défini une stratégie probante ni révolutionné les produits et services du Groupe ni fait croître organiquement son activité et sa rentabilité (lire ici et ici). Elle ne représente pas davantage un modèle en matière de management (lire iciiciici et ici). Quant à la hausse du cours de Bourse de Yahoo! depuis sa nomination, elle est avant tout le fruit de la valorisation de ses actifs asiatiques acquis par les dirigeants précédents.

On pourrait s’attendre à ce que le classement des grands espoirs du business publié par un média économique tel que FORTUNE s’attache à leur capacité en termes de création de valeur. Or, dans ce domaine, le bilan de Marissa Mayer est largement inférieur à celui de nombre des autres dirigeants mis en exergue par le magazine.

A cet égard, le seul podium du classement est comique tant il est ridicule : Mayer arrive première devant Jack Dorsey (créateur de Twitter et Square, excusez du peu) et de Mark Zuckerberg qui, avec Facebook, est en train de changer le monde et de produire des résultats financiers que beaucoup croyaient impossibles. Même si elle parvient à redresser Yahoo!, ce qui n’est pas du tout certain à ce stade, Marissa Mayer restera dans les annales comme un astérisque du business américain par rapport à Dorsey et Zuckerberg. Incidemment, la rédaction de FORTUNE fait preuve d’une certaine lucidité sur son propre classement en mettant en couverture du numéro qui lui est consacré non pas Marissa Mayer mais Jack Dorsey (voir ci-dessous).

(CC) FORTUNE

(CC) FORTUNE

Marissa Mayer ne mérite même pas de devancer, pour ne prendre que quelques exemples frappants, des entrepreneurs tels que Brian Chesky, Joe Gebbia et Nate Blecharczyk (les fondateurs de Airbnb, sixièmes du classement), Travis Kalanick (fondateur d’Uber, treizième), Aaron Levie (créateur de Box, quatorzième) ou Jonah Peretti (fondateur de BuzzFeed, vingt-sixième). Tous ces créateurs d’entreprise ont en commun d’avoir développé une vision créatrice de valeur et d’être capables de la concrétiser avec succès, deux qualités dont Marissa Mayer n’a pas encore fait montre.

Certes, le classement de FORTUNE n’a peut-être pas grande importance en soi et je m’agace pour une vétille. Mais lorsqu’un grand magazine américain de vulgarisation de l’économie produit une liste dont la crédibilité s’apparente à celle des classements des chats les plus mignons du web, cette apparente broutille illustre une tendance de fond inquiétante.

Ce classement permettra peut-être à FORTUNE d’obtenir plus de pages vues sur son site et vendre plus de numéros de son édition papier à court terme mais cela ne contribuera certainement pas à la réputation de sérieux de la presse sur le long terme. En contrant leurs concurrents de moindre qualité sur le terrain de la fumisterie, certains organes de presse écrite creusent leur propre tombe. Leurs coûts de fonctionnement n’ont en effet de sens que s’ils permettent de produire une réelle valeur ajoutée éditoriale.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo