Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Newsletter Superception #58

Newsletter Superception du 14 mai 2016.

S’abonner à la Newsletter.

Bonjour,

La semaine médiatique a été marquée, outre-Atlantique, par les attaques lancées, du web social au Sénat, contre la méthode de curation utilisée par Facebook pour sa rubrique “Trending Topics” : le groupe de Mark Zuckerberg est accusé de censurer les contenus d’obédience républicaine.

Trending Topics” ne s’adresse qu’aux abonnés américains du premier réseau social mondial. Ce n’est donc pas la sélection des messages et informations apparaissant dans le flux principal sur nos “murs” qui est en cause mais une fonctionnalité annexe lancée par Facebook il y a deux ans sur ordinateurs et un an sur mobiles pour contrer Twitter.

Avant d’en venir à ses enjeux plus profonds, il convient de noter que cette polémique est très exagérée pour deux raisons. En premier lieu, l’article de Gizmodo qui l’a suscitée n’est fondé que sur un seul témoignage anonyme – sans aucune preuve matérielle – et n’a donc pas de valeur conclusive. En second lieu, cette affaire supposée a été exploitée et amplifiée par les forces conservatrices américaines pour véhiculer leur message de prétendue victimisation médiatique.

Le véritable intérêt de cette controverse est ailleurs. Il concerne la relation que nous avons à l’objectivité journalistique dans le contexte de la compétition croissante entre intelligence humaine et intelligence artificielle. A cet égard, il recouvre plusieurs thèmes que j’aborde régulièrement.

En matière de perception, l’objectivité absolue est une chimère, comme je l’énonce dans le concept de Superception : “Les faits sont têtus. Mais être têtu, c’est ténu. Un fait n’a jamais motivé un acte d’achat, convaincu un individu de s’engager, fédéré une entreprise ou rallié un peuple à un projet. La réalité des faits n’est qu’une vérité en noir et blanc que notre subjectivité colore. Seul le sens que nous donnons à la réalité peut nous inciter à agir. Loin d’être une réaction futile, la perception a donc des super-pouvoirs. Elle est superception”.

C’est la raison pour laquelle, comme je l’avais écrit dans “Les journalistes sont humains et c’est ce qui les rend crédibles” :

Le journaliste parfaitement objectif n’existe pas tout simplement parce que nous sommes tous guidés par nos émotions dans l’analyse des stimuli que notre cerveau traite. C’est vrai pour le journaliste qui rend compte de l’actualité comme pour les sept autres milliards d’être humains.

C’est pourquoi je préfère savoir quelles sont les opinions d’un journaliste : cela me permettra de profiter de son travail plus intelligemment car il pourra aller au-delà de la seule exposition des faits pour nourrir un débat d’idées. A contrario, j’ai souvent l’impression que les médias qui veulent me faire croire que leurs journalistes sont des robots sans émotions me prennent pour un imbécile. Un journaliste qui exprime une opinion est à mes yeux plus crédible qu’un journaliste qui prétend ne pas en avoir.

La différence entre un bon et un mauvais journaliste ne sépare pas celui qui est prétendument objectif de celui qui ne l’est pas. Elle distingue le journaliste qui est honnête intellectuellement de celui qui ne l’est pas. Or, à moins de désespérer de la nature humaine, être honnête intellectuellement et avoir une opinion ne sont pas antinomiques“.

Cela étant dit, l’intelligence artificielle n’est pas plus objective que l’intelligence humaine. En effet, ainsi que je l’expliquais dans “Comment sortir de notre bulle numérique…” :

L’intelligence artificielle qui régit les services qui nous sont proposés sur Internet est programmée pour nous faire plaisir à notre insu en allant, en particulier, dans le sens de nos opinions. […] Ce faisant, le web tend à nous emprisonner dans une “bulle de filtres” (“filter bubble“) pour reprendre l’expression créée en 2011 par l’activiste numérique américain Eli Pariser“.

Le flux de nouvelles qui composent nos “murs” sur Facebook est donc encore moins objectif que la rubrique “Trending Topics” car, au lieu d’être constitué par des curateurs humains, il est créé par un algorithme configuré pour deviner les contenus qui nous plairont le plus.

En clair, l’accusation portée cette semaine contre Facebook n’est pas la plus justifiée.

Je suis convaincu que Facebook ne censure pas volontairement les contenus conservateurs dans sa rubrique “Trending Topics” : pourquoi se couperait-il de la moitié de son public outre-Atlantique alors qu’il a toujours flatté les inclinations de ses membres ?

Business is business” comme disent les Américains. Malgré les critiques exprimées par Mark Zuckerberg à l’encontre de Donald Trump, les médias conservateurs figurent parmi les plus relayés et partagés sur Facebook et le Groupe va sponsoriser la convention républicaine.

Mark Zuckerberg a raison de prendre des mesures pour se sortir de cette crise très préjudiciable en termes d’image mais il demeure que cette accusation n’a aucun sens.

En revanche, Facebook est coupable, comme les autres plates-formes numériques, de nous présenter des informations et messages cohérents avec nos points de vue afin de s’assurer notre fidélité.

Ce fonctionnement nous enferme dans une prison intellectuelle dont les murs sont nos idées. Moins grand est le nombre de médias que nous pratiquons, plus petite est la geôle dans laquelle nous nous cadenassons volontairement.

Si vous appréciez cette newsletter, n’hésitez pas à la recommander à vos amis et à l’évoquer sur les réseaux sociaux. Plus on est de fous, mieux on lit (car plus on peut échanger).

Bienvenue aux nouveaux abonnés, bonne lecture et bonne semaine à toutes et tous.

Christophe Lachnitt (contact@superception.fr)


Sommaire

  • Best of Superception présente un florilège des articles publiés en français sur Superception durant la semaine écoulée.
  • Best of Internet est consacré aux meilleurs articles du web – relatifs aux enjeux de perception à travers la communication, le management et le marketing – que je n’ai pas pu aborder dans mes articles quotidiens sur Superception.
  • Ab hoc et ab hac, enfin, propose des contenus, dénichés au cours de mes divagations numériques, susceptibles de vous intriguer ou vous distraire.

Best of Superception


Best of Internet


Ab hoc et ab hac

  • L’Hyperloop, le cinquième mode de transport (complémentaire de la voiture, de l’avion, du train et du bateau) inventé par Elon Musk permettrait de relier Los Angeles et San Francisco (environ 600 kilomètres) en une demi-heure. Il a connu ses premiers tests cette semaine dans le désert du Nevada. L’occasion pour la revue du célèbre Massachusetts Institute of Technology (MIT) d’analyser la faisabilité de cette innovation sans précédent : The Unbelievable Reality Of The Impossible Hyperloop
  • Pourquoi les développements d’Amazon avec son assistant personnel Alexa intégré dans son enceinte Echo sont-ils aussi importants pour le Groupe et ses concurrents ? Parce qu’il se pourrait que, dans un avenir plus ou moins proche, l’intelligence artificielle nous assiste avec des systèmes vocaux intégrés au niveau logiciel, ce qui rendrait les terminaux, leurs systèmes d’exploitation et couches applicatives beaucoup moins importants. A cet égard, la prochaine génération d’assistants numériques personnels pourrait se loger dans nos oreilles : The Next Big Tech Revolution Will Be In Your Ear
  • Blockchain, la base de données qui est aux échanges de valeurs ce qu’Internet est aux échanges d’informations, pourrait bouleverser à terme beaucoup plus que l’industrie des services financiers : The Impact Of The Blockchain Goes Beyond Financial Services
  • L’objectif de la start-up Hanson Robotics est de développer un robot et une intelligence artificielle capables d’amour : Flirting With Humanity
  • L’initiative déployée par Facebook pour offrir l’accès gratuit à une partie d’Internet aux Indiens qui n’en bénéficient pas se révèle à ce stade un échec cuisant : The Inside Story Of Facebook’s Biggest Setback
  • L’histoire de ce hacker ukrainien “recruté” par le FBI se lit comme un roman policier du 21ème siècle : Double Cross
  • Surprise surprise, les électeurs de Donald Trump sont plus diplômés et mieux rémunérés que la moyenne de la population américaine : Trump Voters Earn More And Are Better Educated Than The Typical American

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo